Le chantier des gosses

Price
Prijs
Prix
€ 3,50
Language
Taal
Langue
français
Subtitles
Ondertitels
Sous-titres
anglais, néerlandais
Duration
Duur
Longueur
76'
Aspect Ratio
Beeldverhouding
Format d'image
1.33

Dans les rues étriquées des Marolles, grouillent des gosses. Leur refuge, leur coin de paradis et d’illusions est un terrain vague encombré de bidons et de buissons rachitiques. Un beau jour arrivent des hommes en chapeau mou et d’autres en salopettes qui examinent les lieux, déploient des papiers… Pour les enfants, ça ne sent pas bon. En effet, le terrain est bientôt barricadé, éventré par des machines, tandis que des maisons alentour sont abattues. Le marteau-pilon fait frissonner tout le quartier et lentement s’élèvent de grands murs de briques. Les gosses, rejetés à la rue, sont atterrés de voir ainsi volée leur part de ciel. Doucement, leur stupeur se transforme en révolte : ils se choisissent un chef, fabriquent des catapultes avec les bretelles de leurs parents et décident de livrer une guerre sans merci aux entrepreneurs et architectes…
En se plongeant dans cette drôle de guerre, Le chantier des gosses nous fait entrer dans le petit univers indompté des enfants et évoque leur condition, leur mentalité, leurs réactions, l’étanchéité qui existe entre leur monde et celui des grandes personnes et, à la fois, leur désir de se conduire comme des adultes. Du plus petit (2 ans et demi) au plus grand (14 ans), les voilà acteurs de cinéma, vivant leur rôle avec beaucoup de spontanéité et une grande part d’improvisation.

«  Faire du cinéma en se mêlant à la vie, dans la rue, avec des gens de la rue. Montrer la vie “dans un quartier pauvre que rien ne distinguera des autres quartiers pauvres du monde”. Harlez s’en va sillonner les rues des Marolles pendant deux ans (1954-1956). Il s’attire rapidement la sympathie des habitants et s’entoure d’une kyrielle d’enfants qui deviennent peu à peu ses acteurs. »

Cinema Nova

«  En utilisant les Marolles comme point d’ancrage et ses habitants comme acteurs, Jean Harlez réalise "un film dans un quartier populaire, qui aurait pu se dérouler n’importe où, à Molenbeek, à Anderlecht, à Liège, dans les corons du Borinage ou de Charleroi". Il ne s’agit ni d’une œuvre à thèse, ni d’une pièce de folklore consacrée au mythe des Marolles. Plutôt d’une petite perle qui mêle la drôlerie à l’amertume, d’un trésor d’archives sur la ville… L’esprit frondeur, la gouaille des jeunes habitants du quartier et les images étonnantes d’un Bruxelles révolu en enthousiasmeront plus d’un ! »

Cinema Nova

Le chantier des gosses (Jean Harlez, 1970)
Price
Prijs
Prix
€ 3,50
Language
Taal
Langue
français
Subtitles
Ondertitels
Sous-titres
anglais, néerlandais
Duration
Duur
Longueur
76'
Aspect Ratio
Beeldverhouding
Format d'image
1.33
A Film by
Een film van
Un film de
With
Met
Avec
Suzanne Cognioul, Raymond Coumans, Armand Cwi, Mimi de Caritas, Gilberte David, Yvette Delvallez, Marcel Dessart, Guy Didion, Guy Donnée, Michel Fontaine, Paul Kuneben, Willy Peers, Fernand Piette, Jacqueline Piette, Freddy Piette, geometrician Derom and his team
Script
Scenario
Scénario
Jean Harlez, Marcelle Dumont
Image
Beeld
Image
Jean Harlez, Claude Gabriels, Willy Kurrant
Sound
Geluid
Son
Suzanne Leroy
Producer
Producent
Producteur
Jean Harlez
Editing
Montage
Montage
Jean Harlez
Music
Muziek
Musique
Dirk Elsevier, Claude Flagel, Nelly Le Berrurier, Ronald Lecourt, Kris Shannon